Les troubles du spectre de l’autisme (TSA) sont des troubles neurodéveloppementaux dont les symptômes sont le plus souvent visibles dès la petite enfance.

Depuis 2013, les critères diagnostics ont été actualisés dans le DSM-V et sont les suivants :

  • Présence d’intérêts restreints et stéréotypés
  • Altération dans la capacité à communiquer et à établir des interactions sociales

De plus, les personnes concernées sont souvent réticentes au changement et présentent souvent des hyper ou hyposensibilités sensorielles.

Si ces caractéristiques-là sont communes aux garçons et aux filles, il existe généralement une différence d’expression en fonction du genre qui peut entraîner un diagnostic plus tardif chez les filles. Ceci est la conséquence du fait que leurs intérêts restreints sont souvent socialement plus acceptés, comme c’est le cas de la gymnastique pour ma fille. D’autre part, elles ont souvent une meilleure capacité à faire illusion. Ma fille, par exemple, a tendance à imiter une petite fille (toujours la même) lorsqu’elle est en groupe. Enfin, souvent la motivation sociale est plus importante chez celles-ci.

La recommandation de la Haute Autorité de Santé pour les prises en charge des TSA comportent plusieurs axes :

  • Une rééducation en orthophonie
  • Une prise en charge des troubles sensoriels et notamment du trouble de l’oralité alimentaire en ergothérapie
  • Une prise en charge des troubles de la motricité en psychomotricité
  • L’acquisition des codes sociaux et la prise en charge des troubles de la régulation émotionnelle et des conduites par des psychologues, pédopsychiatres ou éducateurs spécialisés dans les TSA
  • Un apprentissage des habiletés sociales en groupe

Une comorbidité, le TDAH

Le trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité associe 3 composantes qui sont le déficit attentionnel, l’impulsivité et l’hyperactivité. De même que les TSA, le trouble est présent dès l’enfance (avant l’âge de 12 ans d’après le DSM-V). Pour être diagnostiqué, les troubles doivent durer depuis plus de 6 mois et être présents dans au moins deux circonstances de vie (comme la maison et l’école).

Le traitement non médicamenteux du TDAH est spécifique de chaque enfant mais implique souvent des suivis par un orthophoniste et un psychologue comportementaliste.

Enfin, les TSA et le TDAH nécessite des aménagements de l’environnement (séquences de pictogrammes notamment pour les TSA, coussin d’assise pour le TDAH).